Rechercher

Dépendance affective : s'en libérer avec la thérapie

Dernière mise à jour : 18 nov.

En amitié, en amour, au travail... « Plaire et surtout ne pas déplaire ! » Telle est la croyance qui guide le dépendant affectif pathologique dans ses relations avec les autres.

Casser les liens destructeurs, être soi-même et s’épanouir : c’est possible avec la thérapie !

thérapie dépendance affective

La dépendance affective : qu’est-ce que c’est ?


Le phénomène de dépendance affective est bien plus répandu qu’on ne le croit et dans ce processus, les deux parties sont concernées.

La particularité des dépendants affectifs est de rendre le monde entier responsable de leurs malheurs. Ils ne s’aiment pas, ils ont donc besoin qu’on leur montre qu’on les aime. Ils ont besoin de reconnaissance, de se sentir valorisés, par tous les moyens.

Ils considèrent l’autre comme un simple pourvoyeur d’amour, un moyen pour apaiser leur détresse, le manque d’amour de soi, la peur de la solitude et celle d’être rejeté.


Ils ne s’écoutent pas, non seulement pour continuer de plaire, mais surtout pour ne pas déplaire, à n’importe quel prix.

Pour eux, l’essentiel est de maintenir l’image d’une personne altruiste, généreuse, gentille, dévouée, toujours disponible, faisant passer les désirs des autres avant les siens.


Certains sont des bourreaux de travail et le perfectionnisme est l’un de leur trait de caractère. Pour eux, il serait honteux de n’être pas toujours disponible pour les autres, de ne pas être parfait.



Quelles en sont les causes ?


Elles sont multiples, peuvent se rencontrer dans la sphère amoureuse et professionnelle et concernent aussi bien les hommes que les femmes.


Elles résultent très souvent d’un manque d’amour dans l’enfance ou d’un amour excessif, entraînant généralement une relation compliquée avec des parents très stricts, avec un discours négatif, y compris du chantage affectif, toujours dans l’exigence, ou au contraire trop aimants, voire intrusifs, ce qui a engendré chez eux une insécurité affective.



Reconnaître la dépendance affective


Un besoin excessif de se sentir soutenu, reconnu, encouragé, aimé par un conjoint ou des amis, la peur de l’abandon et de la séparation, la jalousie, le manque d’estime de soi, les comportements compulsifs (surconsommation d’alcool, de tabac, de drogues ou de jeux vidéo par exemple) ou encore l’anxiété : tels sont les symptômes de la dépendance affective pathologique. Sans prise en charge adaptée, la dépendance affective peut mener à la dépression.



Se libérer de la dépendance affective avec la thérapie


Effectuer un travail thérapeutique avec une thérapie de couple ou une thérapie d'acceptation (dite thérapie ACT dans le cadre des thérapies comportementales cognitives) c’est un chemin vers plus de stabilité affective pour être heureux et savoir à nouveau dire « je t’aime ».

  • Exprimer : Mettre des mots sur son ressenti, pleurer, dissoudre des émotions non exprimées vécues dans l’enfance qui influent sur vos relations intimes dans le présent et acquérir davantage d’équilibre affectif entre dépendance et contre-dépendance émotionnelle vers une relation plus épanouie.


  • Prendre conscience de son style d'attachement anxieux-évitant fusionnel en lien avec les schémas d'enfance et le mécanisme de répétition associé dans nos choix amoureux A cet égard , la "thérapie des schémas" . Donner du sens à votre histoire amoureuse en prenant conscience de son style d’attachement pour être davantage en conscience de ses choix amoureux et acquérir davantage de maturité affective en n’ayant plus peur d’être seul ou de manquer d’affection,


  • Rechercher en soi la sécurité intérieure en agrandissant sa capacité dans l'instant présent à être en joie seule, à traverser ce vide existentiel qui n'est pas une vide mais une opportunité de sentir qu'on peut être "plein de soi" dans cette traversée,. Le chemin n'est certes pas facile mais cela s'apprend en l'expérimentant chaque jour. Un chemin de gratitude envers soi même, savoir accueillir que nous sommes en vie chaque jour, que la meilleure personne qui puisse nous apporter une sécurité c'est nous même.


  • Se faire aider En s’appuyant sur la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACR Acceptance and Commitment Therapy) à laquelle j’ai été formée, qui fait partie de la troisième génération des thérapies cognitivo-comportementales. Cette thérapie part du principe que la recherche du bonheur en essayant à tout prix d’éviter ou de vaincre les difficultés relationnelles peut paradoxalement augmenter les crises et disputes de couple pour ces mêmes raisons affectives.


"Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends Nelson Mandela (1918-2013)

Obtenir de l’aide pour sortir de la dépendance affective ?



18 vues0 commentaire