Dépendance affective et ruptures amoureuses : les troubles de l'attachement 

Êtes- vous un dépendant affectif ?

 

Ruptures amoureux et styles d’attachement : êtes- vous un dépendant affectif avec une problématique abandonnique, quel style d’attachement avez-vous, avez-vous peur de vous perdre dans une relation amoureuse, pensez-vous manquer d’amour, l’amour vient-il combler un manque, vos expériences amoureuses sont-elles marquées par de la jalousie excessive, ou avez-vous un certain détachement affectif sans ressentir un manque ou une culpabilité

 

Nous avons tous subis des chagrins amoureux dans notre vie. Pourtant certaines personnes s’en remettent plus vite que d’autres, d’autres ont du mal avec ce vide affectif soudain qui les plongent dans une profonde déprime.  A quoi attribuer ces différences de perception du chagrin amoureux perçu comme un deuil à faire qui peut prendre du temps ?

Est- ce cette rupture amoureuse ne réactive pas ou n’est pas révélatrice de votre style d’attachement et ou d’une angoisse d’abandon et ou de rejet que cela peut réactiver comme manques ou carences affectives précoces, manque de confiance et d’estime de soi ; approche sentimentale de tout contact affectif ou vie de couple, recherche fusionnelle de complicité et d’amour avec la charge affective qui va avec, peur de déplaire et ou de plaire ?

Si la relation amoureuse n’est pas toujours synonyme de dépendance amoureuse, elle peut néanmoins réactiver des affects liés à nos styles d’attachement précoces

Mais comme se libérer de la dépendance psychologique et affective et de la blessure d’amour afin de reconquérir une liberté d’être ?

Savoir identifier son style d’attachement  : un premier pas vers la connaissance de soi  

 

Savoir identifier son style d’attachement  pour mieux gérer ses relations avec son conjoint, les ruptures amoureuses, les relations de dépendance et les peurs du vide affectif ou d’être aimé

 

Deux psychologues américains Cindy Hazan (Université de Denver) et Philipp Shaver (Université de Californie) spécialistes de l’attachement amoureux ont défini trois styles d’attachement principaux en lien ou non avec des carences affectives :

 

  • Style d’attachement sécurisant et autonomie affective: les expériences relationnelles précoces ont été faites de liens sécurisants avec les parents. Ils auront à l’âge adulte un degré faible d’abandon et un faible degré d’évitement de l’intimité dans une recherche d’amour fusionnel. Les conflits inévitables dans toute vie de couple ne seront pas vus comme une menace pour la relation. Il seront donc capables d’y faire face grâce à une représentation positive du lien affectif.

  • Style d’attachement évitant et investissement affectif, solitude affective : tendance à mettre en place des stratégies de défense dans le cadre d’une relation amoureuse avec distance affective, et comportement que l’on pourrait qualifier d’égoiste et difficulté à nier le besoin de relations intimes . Ces personnes ayant ce style d’attachement perçoivent toute relation de proximité comme étouffante et intrusive et auront tendance à mettre en distance dans une attitude de contre indépendance, voire de désert affectif, pouvant aller jusqu’à des infidélités afin de donner raison à sa stratégie d’évitement inconsciente.

  • Style d’attachement anxieux et soutien physique et affectif  avec une représentation négative de soi et des autres, avec une anxiété d’abandon élevée et un faible évitement de l’intimité à l’inverse du style d’attachement évitant qui ne souhaite pas tomber dans la dépendance.Les individus qui possèdent un style d’attachement anxieux sont dans une recherche de relations fusionnelles dans lesquels les besoins d’individuation ne sont pas valorisés à l’image des relations fusionnelles parentales.

Pour que vos expériences affectives ne soient plus sources de souffrance

 

Quelle compatibilités amoureuses en fonction de votre style d’attachement ? Pour que vos expériences affectives ne soient plus sources de souffrance

 

Les enjeux d’attachement en lien avec les profils d’attachement sécurisants

     

Au niveau affectif, les profils de personne ayant des styles d’attachement insécurisants ont souvent eu des parents qui n’étaient pas suffisamment disponibles émotionnellement pour eux, ce qui ne leur a permis de s’apaiser elle-même et dans la relation à l’autre.

 

Dramatisation et détresse affective :  d’un point de vue affectif, les profils de personne ayant des styles d’attachement anxieux intensifient le vécu émotionnel des situations quotidiennes afin de maintenir la proximité relationnelle et dans une quête éperdue de tendresse. Le travail thérapeutique consistera à mieux réguler le système nerveux sympathique car les émotions négatives sont plus difficilement tempérées par l’action du système nerveux parasympathique qui n’assure pas bien sa fonction de régulation émotionnelle de l’anxiété.

 

Refoulement de l’évitant dans la vie de couple : la personne évitante a du mal à vraiment s’abandonner dans l’intimité affective du couple avec un mécanisme de défense de désactivation du système d’attachement. Le travail thérapeutique consistera à essayer d’établir un lien de confiance solide et durable dans le cadre de relations amoureuses.

 

  • Un partenaire au style d’attachement sécurisant avec un partenaire au style d’attachement anxieux ou évitant 

Le partenaire insécurisant qui est en couple avec un partenaire sécurisant vivra son sentiment d’affection de manière moins insatisfaisante que si son partenaire était aussi insécurisant car il y gagne en sécurité et en stabilité affective.

 

  • Deux partenaires au style d’attachement insécurisant

Sur le plan affectif, ces combinaisons de style d’attachement insécurisant  augmentent les risques de raviver des blessures d’enfance du fait de problématiques communes d’insécurité affective, voire  de vide émotionnel à guérir, du besoin « douloureux » d’être aimé comme une forme d’addiction narcissique.

 

  • Un partenaire à l’attachement évitant et un partenaire à l’attachement anxieux : problématique du « suis moi, je te fuis » une attirance réciproque problématique dans les relations amoureuses

Affectivement, la personnalité évitante apprécie inconsciemment la disponibilité de la personne anxieuse, son caractère affectif. De son côté, la personne anxieuse y trouve une sécurité affective mais le doute sur son estime de soi demeure néanmoins, à l’inverse de la personnalité évitante qui se sent aimable d’où des relations marquées par une certaine ambivalence et des interactions qui ne sont pas toujours constructives sur le long terme La difficulté de régulation des affects des partenaires peut toutefois côté affectif  menacer la stabilité de la relation.

Un chemin vers plus de stabilité affective

 Effectuer un travail thérapeutique c’est  un chemin vers plus de stabilité affective  pour être heureux et savoir à nouveau dire « je t’aime »

  • Mettre des mots sur son ressenti, pleurer, dissoudre des émotions non exprimées vécues dans l’enfance qui influent sur vos relations intimes dans le présent et acquérir plus  d’équilibre affectif entre dépendance et contre dépendance émotionnelle vers une relation plus épanouie.

  • Donner du sens à votre histoire amoureuse en prenant conscience de son style d’attachement pour être davantage en conscience de ses choix amoureux et acquérir davantage de maturité affective en n’ayant plus peur d’être seul ou de manquer d’affection.

  • En s’appuyant sur la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACR Acceptance and Commitment Therapy) à laquelle j’ai été formée, qui fait partie de la troisième génération des thérapies cognitivo-comportementales. Cette thérapie part du principe que la recherche du bonheur en essayant à tout prix d’éviter ou de vaincre les difficultés relationnelles  peut paradoxalement augmenter les crises et disputes de couple pour ces mêmes raisons affectives.

 

 

Livre à lire « Dis moi qui tu aimes, je te dirai qui tu es » de Marc ESPOSITO

Article à lire : La personnalité évitante dans les relations affectives : comment lui faire face ?