top of page
Rechercher

Etes-vous un "trop bon parent" ? : les pièges de l’hyper-parentalité.

Dernière mise à jour : 25 oct. 2023


Les enfants sous cloche : les pièges de l’hyper-parentalité

L’hyper-parentalité définit un style de parentalité dans lequel les parents sont excessivement impliqués dans la vie de leurs enfants, souvent dans le but de les protéger, de garantir leur réussite ou de répondre à leurs moindres besoins.

Si cette intention peut paraître louable, elle peut, si elle est excessive, inhiber le développement de l’autonomie et de la résilience chez l’enfant.

Les différents types d’hyper-parentalité :

Les termes comme "parent-hélicoptère" (ou "tigre", "tondeuse", "bulldozer", "drone", selon les régions et les traductions) sont des métaphores qui ont été utilisées pour décrire différents types d’hyper-parentalité :


Parent-hélicoptère et parent-drone

Ce type de parent "vole" constamment autour de son enfant, prêt à intervenir à la moindre difficulté. Que ce soit pour résoudre un conflit avec un camarade de classe ou pour parler à un enseignant concernant une mauvaise note, le parent-hélicoptère est toujours là pour "sauver" son enfant, même lorsque ce n’est pas nécessaire.


Parent-tondeuse ou parent-bulldozer

Cette métaphore illustre le comportement des parents qui "coupent" tous les obstacles sur le chemin de leur enfant, afin qu’il n’ait jamais à faire face à des difficultés ou à des échecs. Cela peut concerner le fait de faire les devoirs de l’enfant à sa place ou d’intervenir exclusivement pour qu’il obtienne ce qu’il désire.


Parent-tigre

Ce terme est devenu populaire suite à la publication du livre Battle Hymn of the Tiger Mother d’Amy Chua. Le parent-tigre est strict, exigeant et pousse son enfant à atteindre l’excellence académique et extra-académique. Les échecs ne sont généralement pas tolérés et la discipline est une priorité.



Hyper-activité : le revers de la médaille


Si ces styles de parentalité peuvent avoir des conséquences positives à court terme (comme de bonnes notes à l’école ou une protection contre certains dangers), à long terme, ils peuvent inhiber le développement de compétences essentielles telles que la capacité de résoudre des problèmes, la résilience face aux échecs et la capacité à interagir efficacement avec les autres.


Conséquences positives :

  • Sécurité physique : les enfants sont souvent protégés des dangers immédiats et des blessures, car les parents sont toujours vigilants.

  • Soutien émotionnel : ces enfants savent qu’ils peuvent toujours compter sur leurs parents pour du soutien, ce qui peut les aider à se sentir en sécurité et aimés.

  • Réussite académique et extra-académique : en étant constamment poussés à exceller, de nombreux enfants développent des compétences et des talents remarquables dans des domaines spécifiques.

  • Protection contre les influences négatives : les parents hyper-protecteurs peuvent prévenir l’exposition de leurs enfants à des influences négatives, que ce soit des amis, des médias ou d’autres sources.

Conséquences négatives :

  • Manque d’autonomie : les enfants peuvent devenir trop dépendants de leurs parents et devoir lutter pour prendre des décisions par eux-mêmes.

  • Faible résilience : sans la possibilité d’affronter des défis ou des échecs, les enfants peuvent avoir du mal à développer la capacité de se remettre des revers.

  • Estime de soi fragile : en recevant constamment de l’aide ou en étant protégés des échecs, les enfants ne peuvent pas développer une estime de soi solide basée sur leurs propres accomplissements.

  • Compétences sociales limitées : l’intervention constante des parents peut empêcher les enfants d’apprendre à gérer des situations sociales difficiles, comme les conflits ou les déceptions.

  • Anxiété et stress : les enfants peuvent ressentir une pression énorme pour répondre aux attentes de leurs parents, ce qui peut conduire à de l’anxiété ou à d’autres problèmes de santé mentale.

  • Sensation d’inefficacité : si les parents résolvent toujours les problèmes de l’enfant, celui-ci peut se sentir incapable d’agir de manière efficace dans le monde.

  • Relations tendues : l’hyper-parentalité peut conduire à des tensions entre les enfants et leurs parents, en particulier à l’adolescence, lorsque les adolescents cherchent à établir leur indépendance.

Il est important de noter que chaque enfant et chaque famille est unique, et les conséquences de l’hyper-parentalité peuvent varier en fonction des circonstances individuelles. Cependant, il est généralement bénéfique pour les enfants d’apprendre à gérer les défis par eux-mêmes, avec le soutien approprié de leurs parents.



Hyper-activité : se faire accompagner pour mieux contrôler

Hyper-activité : se faire accompagner pour mieux contrôler

Faire appel à un thérapeute peut être une démarche bénéfique pour aider les parents à comprendre et à moduler leur comportement, tout autant que pour soutenir l’enfant dans son développement émotionnel et social.


1. Évaluation et prise de conscience : un thérapeute peut aider les parents à reconnaître les signes et les effets de l’hyper-parentalité, à en comprendre les origines et à en évaluer l’impact sur l’enfant.

2. Outils et stratégies : avec l’aide d’un thérapeute, les parents peuvent apprendre des stratégies pour établir des limites saines, promouvoir l’autonomie de l’enfant et encourager la prise de responsabilité.

3. Soutien émotionnel pour les parents : la démarche thérapeutique offre un espace où les parents peuvent exprimer leurs inquiétudes, leurs craintes et leurs sentiments de culpabilité, tout en étant soutenus et guidés.

4. Renforcement des compétences parentales : le thérapeute peut proposer des séances axées sur le développement de compétences parentales, telles que la communication, la gestion des conflits et la compréhension des étapes du développement de l’enfant.

5. Conseils pour renforcer la relation parent-enfant : l’hyper-parentalité peut parfois altérer la relation entre l’enfant et le parent. Un thérapeute peut aider à restaurer et renforcer ce lien en offrant des conseils et des techniques adaptées.

6. Soutien pour l’enfant : en plus de travailler avec les parents, le thérapeute peut également offrir un soutien direct à l’enfant, en l’aidant à développer son estime de soi, sa confiance et ses compétences sociales.

7. Reconsidérer les attentes : un travail thérapeutique peut aider les parents à réfléchir à leurs propres attentes en matière d’éducation et à comprendre comment ces attentes peuvent influencer leur comportement.


Se faire accompagner par un thérapeute dans le contexte de l’hyper-parentalité permet d’adopter une approche plus équilibrée et consciente de la parentalité. Cela bénéficie non seulement à l’enfant, en lui offrant un environnement plus sain pour son développement, mais aussi aux parents, en leur permettant de vivre leur rôle avec plus de sérénité et d’assurance. Contactez-moi !



94 vues0 commentaire

Comments


bottom of page