Rechercher

Deuil : comment s'en remettre ?

Comment conjuguer ces "bifurcations" de nos vies liées à un deuil qui sont autant de ruptures d'identité qui questionnent notre capacité à surmonter l'incertitude ?

Elisabeth Kübler-Ross, une psychiatre américaine spécialisée dans le domaine des soins palliatifs et de fin de vie, , a théorisé les cinq phases du deuil, auxquelles seraient successivement confrontés tous ceux qui perdent un être cher ou une situation établie :

  • le déni,

  • la colère

  • la négociation

  • la dépression

  • l'acceptation.


C'est un processus intra psychique à la fois comportemental, cognitif et socioculturel face à la perte définitive d'une personne (décès), d'une situation (rupture amoureuse, divorce, licenciement, départ en retraite...).


Conseil 1 : chaque situation est unique et personnelle


• Ne laissez personne vous dire comment vous devez vivre ce deuil • Et encore moins quand il s'agit de faire des comparaisons avec l'expérience des autres

C'est pourquoi le deuil reste avant tout une expérience personnelle singulière à traverser et personne ne peut l'appréhender de la même manière que vous.



Conseil 2 : vous faites face à plus d'un deuil.

Avec le décès de la personne aimée, vous faites l'expérience de bien plus qu'une seule perte. Les pertes qui accompagnent ou se développent à la suite du décès de la personne aimée sont appelées pertes secondaires. Qu'entend-on par pertes secondaires ? la perte des rôles que la personne décédée a joué pour vous à savoir compagnon de voyage, ami, amant, confident etc) , la perte de tous les espoirs et rêves associés à ces rôles pour vous et cette personne, la perte de toutes les croyances associées du type "nous seront toujours ensemble" liés au fait que la personne aimée était en vie



Conseil 3 : c'est un processus et non un état qui peut vous rendre très différent que d'habitude . Acceptez cet état d'être de maintenant/versus avant avec des fluctuations nécessaires


La profondeur et l'ampleur de vos réactions aiguës de deuil à la perte de votre bien-aimé ne doivent pas être sous-estimées.



Changements de comportement c'est normal ...

De plus, vous pouvez vous attendre à ce que votre comportement soit perturbé pendant un moment. Parmi les nombreuses réactions possibles, vous pourriez constater que vous répondez différemment aux autres.

Votre comportement pourrait être plus désorganisé et vous pourriez avoir peu d'intérêt pour les choses qui vous préoccupaient auparavant. Vous pouvez pleurer ou, d'un autre côté, ne pas avoir la capacité de verser une larme. Vous pourriez avoir des problèmes de sommeil et des changements d'appétit; développer des problèmes temporaires dans votre fonctionnement personnel, social et professionnel; et devenir physiquement épuisé ou avoir des symptômes médicaux spécifiques associés au stress, à la dépression et à l'anxiété. Un manque de sentiment de bien-être est commun. Vous devez savoir que la perte d'une personne aimée vous rend vulnérable aux maladies et aux blessures. En conséquence, vous aurez besoin à la fois de vous surveiller et de prendre soin de vous, incluant obtenir des soins médicaux appropriés.


Conseil 4 le temps est votre allié


Votre chagrin aigu vous oblige à dévoiler graduellement la réalité de la perte de la personne aimée, et à réaliser que vous ne pouvez pas saisir ce fait ou ses implications sans avoir suffisamment de temps et d'expériences pour vous l'« enseigner ». Intellectuellement, vous pouvez savoir tout de suite dans votre tête que la personne aimée est décédée. Cependant, il faut beaucoup plus de temps pour vraiment reconnaître cette réalité et l'intérioriser là où cela devient quelque chose que vous pouvez comprendre progressivement . Au sens médical du terme, on parle de notion de deuil compliqué ou pathologique au delà d'un an .

Au delà de cette mesure, chaque personne a une façon particulière d'appréhender le deuil en fonction de son histoire de vie et de son rapport à la notion de perte.



conseils sur le deuil

"Le souvenir est la présence invisible" Victor Hugo.


• Comprenez que beaucoup de la douleur de votre deuil vient du fait que vous devez, pendant une période de temps, continuellement réapprendre que la personne aimée est décédée. • Attendez-vous à ce que cela vous prenne plusieurs mois, ou en cas de décès soudain quelques années, avant que vous ne puissiez vraiment et définitivement comprendre que la personne aimée est partie et comprendre les implications de cela. • Mettre en place des rituels de deuil, de souvenir ou de mémoire selon l'objet d'attachement perdu. On s'autorisera à penser et à "célébrer" les "anniversaires de décès" par exemple.

Vos réactions au chagrin ne diminueront pas nécessairement de façon constante au fil du temps ou ne seront pas chose du passé en une année et elles ne manqueront pas de revenir . Cependant, pour la plupart, il n'y a pas de séquence rigide qui se déroule. Les réactions au deuil ne diminuent pas nécessairement au fil du temps en intensité mais passent par des fluctuations. Les personnes en deuil peuvent avoir le sentiment que ce n'est pas normal d'avoir de nouveau une intensité importante de chagrin après s'être senties beaucoup mieux pendant un certain temps.


"Il faut parfois toute une existence pour parcourir le chemin qui mène de la peur à l'angoisse au consentement à soi-même. A l'adhésion à la vie". Charles Juliet "Dans la lumière des saisons".P.O.L 1991.


Si vous avez besoin d'un accompagnement personnalisé pendant cette période difficile de votre vie, vous pouvez me contacter aux horaires d'ouverture de mon cabinet (9h-19h30 du lundi au vendredi) au 06 23 39 56 33.




11 vues0 commentaire