Rechercher

Comment se libérer de ce qui ne nous appartient pas ? Apprivoiser ses "fantômes"...

Dernière mise à jour : 28 mars

"Le souvenir est la présence invisible" Victor Hugo

"

C'est la psychologue et psychothérapeute Anne Ancelin Schutzenberger en publiant "aie mes aieux" en 1983 qui a vulgarisé le concept même si ce phénomène avait déjà été analysé dans les années 1970 par le psychanalyste N. Abraham à travers le concept de "fantôme", trace d'un ascendant et d'ancêtres dans l'inconscient familial.

Les traumatismes vécus par les ancêtres et souvent non dits, élaborés, exprimés, perdurent sous la forme de secrets de famille, se transmettent d'une génération à l'autre. Ce sont ces "fantômes du passé" qui sont à l'origine de troubles psychiques de toutes sortes de type troubles anxieux, troubles obsessionnels compulsifs, troubles dépressifs ...


Au delà d'une éducation qui ne prédispose pas forcément à donner place aux "fantômes",

vous devez interroger les membres de votre famille pour retrouver les faits marquants de la vie de vos ancêtres, voir vérifier les faits généalogiques, faire des recoupements. Vous ne découvrez pas forcément "le secret de famille" mais cela vous permettra de recréer un récit commun familial, et d'identifier des phénomènes de répétition d'une génération à l'autre,

Un psycho généalogiste s'intéresse à ces récits familiaux pour construire un arbre généalogiste, une thérapie transgénérationnelle peut être envisagée.

La thérapie brève systématique ou les constellations familiales peuvent aussi être des méthodes complémentaires intéressantes dans le cadre d'un travail thérapeutique.


Comment pouvons-nous souffrir de ce que nous n'avons pas vécu ?

Nous sommes déterminés par nos propres expériences de notre vie, certains diront de notre vie utérine. Mais quand ces évènements n'ont pu être élaborés ou surmontés, ils ne permettent pas de s'en libérer.

La psycho généalogie met en évidence ces charges inconscientes pour pouvoir nous en libérer et savoir distinguer ce qui nous appartient et ce qui ne nous appartient pas dans une histoire familiale.








8 vues0 commentaire